BUSHIDO KEN BLESOIS

KARATE-DO SHOTOKAN / KOBUDO OKINAWA / TRAINING-DEFENSE-FEMININ


News
le karaté au féminin
< | >

le karaté au féminin

Publié le 05 août 2017 par

Avec plus de 30% de femmes licenciées, la Fédération Française de Karaté est l’une des premières fédérations sportives féminine. Depuis sa création, le public féminin ne cesse de se développer puisque la part des licenciées est passée de 9% en 1976 à 30,2% en août 2009. Face à la demande féminine croissante, la fédération a su s’adapter aux besoins hétérogènes de ses pratiquantes. Notre discipline se décline ainsi en plusieurs versions, proposant des approches novatrices adaptées à tous les publics. Aspects sportifs, philosophiques, esthétiques, self-défense et conviviaux se côtoient pour proposer des approches répondant à toutes les envies, modulables selon les contraintes individuelles.

le karaté au féminin

 

BIEN-ÊTRE

Le karaté au féminin :

Un sport qui a tout bon… ( Revue : Femme actuelle )

 

Les bénéfices du karaté au niveau du mental

2 Qui peut pratiquer le karaté et à quel rythme ?

 

Et si vous vous mettiez au karaté ? Avec 50 millions de pratiquants dans le monde, cette activité est l’ art martial le plus pratiqué sur notre planete. Le nom de ce sport de combat japonais, importé par les Chinois sur l’île d’Okinawa et perfectionné par des maîtres locaux, signifie “Voie de la main vide”, référence au fait qu’il se pratique à mains nues. C’est un sport plein d’atouts qui, contrairement aux idées reçues, est ouvert à un large éventail de pratiquants. Décryptage.

 

Les bénéfices physiques du karaté

 

Le karaté fait  travailler toutes les parties du corps : les membres inférieurs et supérieurs, pour porter les coups et se déplacer, mais aussi le ventre. Les abdos sont en effet sollicités lors de l’échauffement et lorsqu’on donne coups de poing et de pied. C’est donc le corps dans son ensemble qui est sollicité et se muscle.

Pas étonnant, dès lors, que la dépense énergétique soit importante (entre 330 et 650 kcal pour une séance d’une heure, en fonction de l’intensité de l’entraînement). “C’est l’un des sports les plus intenses, avec le squash”, précise le professeur de karaté Philippe Darchis.

C’est donc l’activité physique idéale pour celles qui cherchent à s’affiner. D’autant qu’on travaille énormément les postures, ce qui permet une musculation en profondeur (à l’instar du Pilates, par exemple).

On gagne aussi en souplesse. De nombreux exercices et positions relèvent du stretching. Les premières séances peuvent donc se révéler assez ardues, surtout si on est raide comme un cure-dents ! Mais bientôt, on constate les progrès : certes, ce n’est pas demain la veille qu’on fera le grand écart facial, mais on se sent, petit à petit, plus souple, plus déliée.  

Une séance de karaté est une succession de séquences sur des rythmes différents. L’effort est discontinu et demande une adaptation des rythmes cardiaque et respiratoire. Autrement dit, c’est un sport qui satisfera aussi celles qui recherchent une activité cardio.

Pour optimiser ses bienfaits physiques, on peut l’associer à d’autres sports : par exemple la natation, à condition de ne pas nager “en force” ; la course à pied, pour pratiquer aussi une activité en plein air ; ou le yoga, pour le travail d’étirement.

 

Les bénéfices du karaté au niveau du mental

 

Le pratiquant apprend des “katas”, c’est-à-dire des enchaînements codifiés. Ces katas sont “la base gestuelle, le Livre du karaté”, explique Jean-Baptiste Darchis, professeur de karaté (et frère de Philippe Darchis). Un apprentissage qui développe mémoire, concentration et coordination. A condition de ne pas se décourager lors des premiers cours, quand on s’emmêle les pinceaux pour synchroniser mouvements de bras et de jambes, sans oublier de respirer !  Les progrès sont rapides là aussi, promettent les deux profs de karaté, le corps ayant la bonne grâce “d’enregistrer” les bons mouvements, à force de répétitions ! Selon Philippe Darchis, après plusieurs mois de pratique, on peut même espérer une sensation de “lâcher prise”. Certaines pourront même trouver une dimension spirituelle dans la pratique de cet art martial.

Certains bienfaits sont plus immédiats : dès les premiers cours, malgré l’effort physique – ou grâce à lui – , on se sent rempli d’une bonne énergie, voire d’une légère euphorie à l’issue de la séance. Autrement dit, on a à la fois la pêche et la banane : mieux qu’une cure de vitamines !

C’est aussi un excellent moyen de canaliser son stress. Selon Philippe Darchis, “certains pratiquants font le parallèle entre les combats de karaté et ceux que l’on doit mener dans la vie”. Ainsi, ils opèrent une transfert sur les difficultés qu’ils peuvent rencontrer au quotidien. Cela les aide, ensuite, à les affronter plus sereinement.

Sport de combat ne signifie pas technique d’autodéfense. En cas d’agression, difficile de pratiquer in situ l’attaque ou le blocage appris en cours. Toutefois, ce sport développe réactivité et confiance en soi, et apprend à se positionner face à un attaquant. Devant une personne agressive, un karatéka sera plus à même de gérer la confrontation physique qu’une personne non entraînée.

 

 Qui peut pratiquer le karaté et à quel rythme ?

 

Le karaté est ouvert à tous. L’entraînement s’adapte à l’âge et à la condition physique. Le baby-karaté débute dès 3 ou 4 ans, et l’on trouve des pratiquants septuagénaires. Ainsi, un des intérêts pour les seniors, c’est qu’il n’y a pratiquement pas de chute en karaté et donc pas de risques de fracture.

Le karaté peut même être pratiqué par des malades. Il existe une association, la Cami (http://sportetcancer.com), qui promeut ce sport auprès de personnes atteintes du cancer. Objectif, étayé par des essais thérapeutiques : aider les patients à mieux supporter les effets secondaires des traitements, en diminuant leur fatigue et en améliorant leur qualité de vie.

Quant au nombre de cours recommandés pour un débutant, “l’idéal, c’est deux séances par semaine, mais les effets se font sentir même avec une seule séance hebdomadaire”, estime Jean-Baptiste Darchis. Avant de préciser qu’assiduité et persévérance sont nécessaires : “Il faut au moins six mois de pratique pour en voir vraiment les bienfaits.”

Alors, attachez vos ceintures (de kimono, ou plutôt de karaté gi, pour utiliser la terminologie spécifique).

Avec le karaté, vous allez décoller ...

 

Femmes > Forme >  Arts martiaux > karaté

Forme

 

LE KARATÉ, VERS LA VOIE DE LA FORCE

  Le Karaté est un art de combat à mains nues qui permet d'éduquer le corps et l'esprit. C'est une technique de défense très efficace.



Le Karaté a été introduit au Japon au début des années 20. Il est aujourd'hui probablement l'art martial le plus populaire au monde. Cette discipline utilise toutes les possibilités qu'offre le corps humain en matière d'autodéfense. Karaté vient de "kara", vide et "te", la main. 

Son objectif
Il apporte une prise de conscience et une maîtrise de son corps. Il vise l'épanouissement physique et psychique de l'individu. C'est une gymnastique qui tonifie le corps et permet de gérer son stress.

 

Le Karaté et les femmes
En 2003, les femmes qui pratiquent le Karaté représentent presque 35 % des inscrites. Se défendre de la violence continue à être une des principales motivations à l'adhésion de ce sport.

La pratique
Le karaté est un art martial d'autodéfense. Il se pratique sans arme. Les coups sont donnés avec les pieds et les poings. Rapidité, puissance et technique sont essentiels en karaté. Le karatéka attaque certains points vulnérables du corps situés au-dessus de la ceinture. Les coups les plus fréquents, frappés avec le tranchant de la main, le poing ou le pied, s'accompagnent souvent d'un cri, le kiaï. Le karatéka peut également donner des coups de pied circulaires et sautés, mais doit éviter le corps à corps, typique du jujitsu et du judo. Les combats, qui durent trois minutes, se déroulent sur un carré de huit mètres de côté. Il existe cinq catégories de poids.

 

La tenue vestimentaire
La tenue, appelé "karatégi", est composée d'un pantalon et d'une veste. Elle est plus légère et plus souple que le kimono du judoka, pour favoriser le déplacement.

Combien ça coûte ? 
Environ 200 € par an (pour 2/3 cours hebdomadaires).

 En savoir plus
Le site de la Fédération Française de Karaté www.ffkda
permet de trouver un club près de chez vous

 

Commentaires

Connectez-vous pour pouvoir participer aux commentaires.
Participer au site : news photo video
avatar Se connecter